menu close menu

Ethique et déontologie

1. 1. L’exercice du coaching :

Le coaching s’exerce dans le respect des intérêts du ou des bénéficiaires, qui sont complémentaires mais néanmoins distincts.

Le coach s’engage à un devoir de confidentialité sur les problématiques liées à ses interventions dans les différents dispositifs, ainsi que toutes informations recueillies sur le bénéficiaire de l’accompagnement.

Le coach exerce cette fonction à partir de sa formation au coaching, de son expérience professionnelle et de sa supervision.

Le coach peut refuser une prise en charge de coaching ou arrêter le coaching pour des raisons propres au demandeur ou à lui-même. Il accepte que le bénéficiaire demande l’arrêt du coaching ou un changement de coach.

1. 2. Formation du coach :

Le coach possède des connaissances pratiques et théoriques qu’il est capable d’expliciter au bénéficiaire et maîtrise l’art du coaching. Il met en œuvre l’ensemble de ses compétences et de son expérience en fonction des besoins propres du bénéficiaire et des problématiques de son client.

Il met régulièrement à jour ses connaissances sur la méthodologie, les outils, la recherche et les avancées de la profession.

Il se fait régulièrement superviser.

1. 3. Contractualisation :

Le coaching a lieu à condition que le bénéficiaire adhère volontairement à la démarche et s’y implique vraiment.

Un engagement tripartite est arrêté entre le coach, le bénéficiaire et le prescripteur du coaching.

1. 4. Confidentialité :

Astreint au secret professionnel et à la confidentialité des échanges avec le bénéficiaire du coaching, le coach s’engage à ne pas communiquer les informations recueillies auprès du bénéficiaire, sauf en cas d’autorisation expresse de celui-ci ou d’exigence particulière stipulée par la loi.